Articles

On ne le répètera jamais assez il faut se protéger du soleil. Par souci de confort puisque la sensation de brûlure du coup de soleil est désagréable voir douloureuse et ensuite pour des raisons de santé lorsque les expositions sont récurrentes et prolongées.

Donc on se protège ! Adultes et enfants que désormais on barbouille allègrement plusieurs fois dans la journée… Mais où va la crème lorsqu’on est à la rivière ? Que nous soyons sur les berges ou dans l’eau d’ailleurs ?

Réponse : dans l’eau, les végétaux, les fond de rivière, dans le ventre des batraciens et des poissons etc.

Donc on se protège du soleil d’un côté et on pollue de l’autre. ‘’Ballot’’ comme certains disent !

 

Petit retour sur les crèmes solaires : 

De tout genre, sous forme de crème, lait, spray

Le consommateur a le choix et ne s’intéresse souvent qu’à l’indice de protection. Certes, celui-ci indique dans quelle mesure la peau sera protégée, mais pas comment.

Les crèmes solaires dites classiques utilisent des filtres UV dits chimiques ou de synthèse.

Au contact de ces filtres, comme l’oxybenzone, les UV sont « transformés » de façon à ne pas attaquer la peau. S’ils sont rendus inoffensifs par la crème solaire, les rayons UV sont aussi absorbés par les filtres, ce qui n’exclut pas qu’ils sont aussi absorbés par la peau.

Autre point négatif pour les crèmes solaires classiques : elles contiennent également toutes sortes de produits chimiques dont le seul but est d’apporter plus de confort à l’utilisateur. Colorants de synthèse, paillettes, parfums synthétiques, des composés tenseurs, qui font du produit un objet plus attractif, plus fluide…sans parler des emballages (boite + conteneur parfois avec gaz…)

Rappel : la plupart des crèmes solaires n’agissent qu’après un temps d’exposition (il faudrait compter une demi-heure).

 

Et la crème bio ? 

Les crèmes solaires bio n’utilisent pas de filtres de synthèses, mais des filtres minéraux comme le talc, le dioxyde de titane, l’oxyde de zinc ou même du kaolin.

Ces filtres ne transforment pas les UV et ne les absorbent pas, on dit qu’ils les réfléchissent pour qu’ils ne puissent pas pénétrer la peau.

L’autre avantage c’est que la composition des crèmes bio : n’utilise pas de produits pétrochimique, comme les cires minérales de synthèses, les produits issus d’OGM ou encore le paraben.. composants souvent allergènes.

Les crèmes solaires Bio souvent critiquées pour leur texture (épaisse et collante en comparaison des crèmes classiques), c’est tout simplement parce qu’elles n’utilisent pas l’ensemble des produits chimiques composant les crèmes classiques.

Les crèmes solaires bio ont un impact moindre sur l’environnement, et aujourd’hui à des tarifs abordables.

BIO ET BIO ? Des labels existent pour vous garantir des crèmes solaires aux normes bio : BDIH et Cosmebio sont les plus reconnus.

 

ALTERNATIVE ET AUTRES POSSIBILITES: 

Voici quelques options.

  1. rester habillé avec un vêtement confortable en coton qu’il vous faudra certes changer après chaque baignade,
  2. portez un tee-shirt, combinaison ou maillot anti uv d’une matière qui sèche super vite au prix tout à fait abordable (et que l’on peut garder longtemps même pour les petits)
  3. alterner vêtement, crème et ou porter un maillot anti- uv . Du coup cela nous permettrait de nous baigner sans crème, de polluer moins donc et de faire qq économie car la crème coûte de l’argent.

Et puis les classiques : chapeau, lunettes, parasol

Et le vieux-jeu : ne pas sortir en ‘’pleine cagne’’ autrement dit éviter de faire rôtir sa famille entre 11h30-15h30 en plein semblerait judicieux.